Institut Européen de bioéthique: Des médecins belges « hors-la-loi » en matière d’avortement-« Pauvre Belgique »-Baudelaire-et varia

 

      Des médecins belges « hors-la-loi » en matière d’avortement

Institut Européen de Bioéthique

Institut Européen de Bioéthique

Bulletin de l’Institut Européen de Bioéthique – Bruxelles – Le 21 juin  2018

Téléchargez les images - 0

Des médecins belges « hors-la-loi » en matière d’avortement

 

« L’avortement continue à être pratiqué hors-la-loi en Belgique, soit par ‘méconnaissance’, soit par ‘nécessité’ » titraient plusieurs médias belges à l’issue de le dernière audition organisée au parlement quant à l’opportunité de sortir totalement l’IVG du Code pénal.

 

C’est ainsi que lors de ces auditions à la Commission Justice, le professeur Pierre Bernard, gynécologue obstétricien, chef de service aux cliniques universitaires Saint-Luc à Bruxelles,a souligné que « vu sa réputation d’institution catholique », les médecins de son service pratiquent peu d’avortements « classiques. » Par contre, les médecins des cliniques St Luc se sont « spécialisés dans les IGV médicales. » (IMG),  et de souligner que cela se fait « si un péril grave pour la santé de la femme est reconnu ou lorsque l’enfant à naître risque d’être atteint par une infection d’une particulière gravité

 

Ces propos et la pratique des cliniques St Luc, ont fait réagir la députée Carina Van Cauter (Open Vld) : « Outre la situation de la femme, la loi ne permet l’IVG médicale que s’il est à 100% établi que l’enfant à naître souffrira d’une infection particulièrement grave. » Entre le « risque » et la « certitude à 100% », la marge est grande.

 

Les médecins de St Luc « spécialisés » en IMG seraient-ils hors-la-loi par méconnaissance de celle-ci ? Doivent-ils craindre d’être poursuivis ?

 

De plus, un autre praticien auditionné également dans cette Commission Justice, a affirmé sa « fièreté d’être parfois hors-la-loi pour répondre aux femmes désireuses d’obtenir

Téléchargez les images - 1

« Eradication » presque complète des porteurs de la Trisomie 21 dans le Limbourg

C’est un fait et les chiffres le montrent. L’accroissement spectaculaire du nombre de Test Prénataux non-invasifs (DPNI) a comme conséquence directe l’élimination des fœtus porteurs du gène de la Trisomie 21. Ce test sanguin pratiqué chez la maman enceinte, est presque totalement remboursé par la sécurité sociale depuis le 1er juillet 2017.

 

Aujourd’hui ce sont 97% des femmes qui font le test. Il n’est donc pas réservé à un groupe cible. C’est ce qui ressort de l’enquête menée par le quotidien « Het Belang van Limburg » (HBvL) qui a contacté les hôpitaux limbourgeois.

 

Il y a toutefois une réflexion en cours auprès de certains gynécologues, mais seulement à propos du test « élargi » car, « au plus on cherche de tares génétiques, au plus on en trouve« , souligne la gynécologue Caroline Van Holsbeke. « Et parfois, ce test sanguin conçu pour déceler un handicap chez l’enfant, révèle une possibilité de tumeur commençante chez la maman. Cela crée beaucoup de tensions et d’incertitudes ».

 

Le Dr Van Holsbeke attire l’attention sur le fait que ce test DPNI coûte très cher à la société, et que la Belgique est le seul pays où tout le monde est remboursé pour ce test. « Dans la plupart 

aider

Nous devons encore trouver 10.000 euros

avant la fin juin !

 

Carte bancaire
Visa
Mastercard
Paypal
© Europees Instituut voor Bio-ethiek – Institut Européen de Bioét
Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s