Le blog de Jeanne Smit:Amoris laetitia

Le blog de Jeanne Smit:Amoris laetitia

Le blog de Jeanne Smit

Précisions sur les critères d’interprétation d’“Amoris laetitia” favorables à la communion de certains divorcés remariés

Posted: 10 Sep 2016 06:22 AM PDT
A la gauche du pape, l’auteur présumé des Critères
d’interprétation, Mgr Tucho Fernandez ;
il est également présenté comme l’un des
rédacteurs d’“Amoris laetitia”
On en sait davantage sur l’authenticité et la portée des documents évoqués ici d’après des informations rapportées sur le site Infocatolica. Au terme d’une enquête menée conjointement avec LifeSiteNews, il apparaît que les textes attribués au groupe de pastorale régionale des évêques de Buenos Aires et au pape François lui-même, présentant une interprétation d’Amoris laetitia favorable à la communion pour les divorcés remariés dans certains cas, sont authentiques, quoique non destinées à l’origine à la publicité.

L’importance de ces documents est grande dans le contexte des troubles qui agitent aujourd’hui l’Eglise, car sans constituer un quelconque « magistère » du pape François, ils lèvent le voile sur son avis personnel sur la question de la « pastorale » pour les divorcés remariés.
Leur nouveauté est de révéler pour la première fois par écrit la pensée personnelle du pape François sur la question. Il commente dans sa lettre la position soumise aux évêques argentins d’admettre dans certains cas aux sacrements de la Pénitence et de l’Eucharistie certains couples divorcés « remariés » qui n’auraient pas bénéficié d’un jugement de nullité de leur(s) précédent(s) mariage(s) comme « seule interprétation possible ». Le texte vient contredire la position des catholiques conservateurs qui, hésitant à croire qu’une « exhortation apostolique » puisse contenir des erreurs, ont soutenu vaille que vaille que l’interprétation juste d’Amoris laetitia, conforme à la tradition de l’Eglise, pouvait être retenue et qu’il était inimaginable que le pape ait pu vouloir autre chose.
Cette lettre privée du pape François, dira-t-on, ne relève pas du magistère et elle n’aurait même pas du être publiée. Mais puisqu’elle semble bien être authentique – elle n’a fait l’objet d’aucun démenti et le Vatican n’a pas donné suite aux demandes d’éclaircissements de LifeSiteNews – elle porte sur une sujet suffisamment controversé aujourd’hui dans l’Eglise pour qu’il faille en avoir connaissance, vu qu’elle donne la clef de lecture du pape pour Amoris laetitia telle qu’il l’a signifiée à des évêques.
Le texte proposé aux évêques de la région pastorale de Buenos Aires, explique le blog argentin « caminante-wanderer.blogspot.it », a été réalisé dans le cadre de cette organisation, puis envoyée au pape François pour avis. Celui-ci a répondu par retour, le même jour – le lundi 5 septembre – pour l’approuver avec enthousiasme, ajoutant donc à l’intention de Mgr Sergio Alfredo Fenoy, délégué de la région pastorale, que l’excellent travail accompli pour clarifier l’interprétation du chapitre 8 d’Amoris laetitia constitue une « explication complète » : « Il n’y a pas d’autres interprétations. »
Des scans de ces textes, vraisemblablement « fuités » par un prêtre de la région de Buenos Aires qui en a eu connaissance (selon des sources dignes de foi) sont en ligne ici pour le texte des évêques et encore ici pour celui portant la signature du pape François.
Le blogueur argentin qui a eu accès aux textes fournit quelques indications sur la manière dont ils ont été reçus et même contestés à Buenos Aires. Le 8 septembre, affirme-t-il, « une réunion des clercs de l’archidiocèse de Buenos Aires s’est tenue le matin, au cours de laquelle le sujet a été abordé ».
Voici ce qu’il affirme savoir :

« Certains curés ont soulevé des critiques nettes à l’égard du document pontifical et du vademecum épiscopal, des critiques qui n’ont pas été rejetées par l’autorité ecclésiastique ; au contraire, plusieurs prêtres ont manifesté, au cours de la pause, leur adhésion.

« Mgr Victor Pinto, canoniste, a fait un exposé sur le sujet, ainsi que le cardinal Mario Poli. L’un et l’autre se sont exprimés en termes assez orthodoxes et “orthopratiques”, précisant que l’Eucharistie ne pourrait être reçue que par des divorcés remariés vivant comme frère et sœur, gardant la chasteté.

« En revanche, l’évêque auxiliaire Mgr Alejandro Giorgi a proféré un ramassis de bêtises, ce qui pour lui relève déjà de l’habitude.

« Les Critères élaborés dans la région ecclésiastique de Buenos Aires devraient subir, sur initiative du cardinal-archevêque, un changement de rédaction, encore non défini, avant d’être diffusés officiellement. »

Les Critères ont été conçus comme un document strictement confidentiel, dont la rédaction est attribuée « avec certitude » (selon le blogueur argentin) à Mgr Victor Manuel dit « Tucho » Fernandez qui est également volontiers présenté comme l’un des principaux auteurs d’Amoris laetitia. Ce qui expliquerait la promptitude de la réponse du pape dont il est proche.
De nombreux clercs de Buenos Aires et des dix diocèses qui forment la région pastorale du Grand Buenos Aires ont qualifié la discrétion demandée autour de ce document de « honteuse », en raison de son contenu « honteux » qu’au moins l’un d’entre eux a ressenti le besoin de « démasquer ».
Il est clair que ces Critères posent un grave problème et suscitent même le scandale en envisageant que certains divorcés remariés puissent accéder à la communion, or c’est clairement ce qu’ils affirment :

« Point n° 6. En d’autres circonstances plus complexes, et lorsqu’il n’a pas été possible d’obtenir une déclaration de nullité, l’option évoquée peut ne pas être mise en œuvre dans les faits. Nonobstant, un chemin de discernement est également possible. Si on en arrive à reconnaître que, dans un cas concret, il y a des limitations qui atténuent la responsabilité et la culpabilité (cf 301-302), particulièrement lorsqu’une personne estime qu’elle tomberait dans une nouvelle faute en faisant du tort aux enfants de la nouvelle union, Amoris laetitia ouvre la possibilité de l’accès aux sacrements de la Réconciliation et de l’Eucharistie (cf les nores 336 et 351). Ceux-ci à leur tour dispose la personne à continuer de mûrir et de croître avec la force de la grâce. »

• Voulez-vous être tenu au courant des informations originales paraissant sur ce blog ? Abonnez-vous gratuitement à la lettre d’informations. Vous recevrez au maximum un courriel par jour. S’abonner

:)

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :