Institut bioéthique européen:Faut-il dépénaliser totalement l’avortement ?-Crime et châtiment

 


Faut-il dépénaliser totalement l’avortement ?

Institut Européen de Bioéthique

Institut Européen de Bioéthique

Bulletin de l’Institut Européen de Bioéthique – Bruxelles – Le 25 avril 2018

GPA

Faut-il dépénaliser totalement l’avortement ?

 

Le politique parle beaucoup de l’avortement en Belgique. Non pas des aides insuffisantes pour prévenir l’avortement losque la femme est enceinte, non pas des conséquences sociétales que constitue cet enjeu de santé publique.

 

La question qui fait débat est celle de la dépénalisation totale l’IVG pour que la femme « ne se sente plus culpabilisée ».

 

Quels sont les chiffres ? Y a-t-il vraiment des études fiables quant aux effets psychologiques d’une IVG sur les femmes ?

 

Les documents repris ci-dessous aideront  le lecteur à mieux cerner la problématique au-delà de toute revendication idéologique et politique.

 

Tableau comparatif de l’évolution des IVG en Europe : en 8 ans en Belgique, 22% d’augmentation d’IVG. La Belgique se place ainsi en deuxième place après l’Espagne.

 

Flash Expert :
Sortir l’avortement du Code Pénal ?

Il n’y a aucun « droit à l’avortement » issu du droit international et européen

L’avortement tardif au-delà de 12 semaines

 

Fiche didactique l’avortement provoqué en Belgique

 

Dossiers : Conséquences psychologiques de l’avortement

Meta-étude Etudes scientifiques: syndrome post-avortement

 

Derniers chiffres de la Commission Avortement 

Téléchargez les images - 0

Pays-Bas : les médecins plus réticents à euthanasier un patient

 

Aux Pays-Bas, le climat politique actuel et les enquêtes pénales en cours rendent les médecins plus prudents face à une demande d’euthanasie, confie la directrice de la NVVE, Agnes Wolbert, au magazine Trouw.

 

L’interprétation libérale de la loi offre pourtant des possibilités d’euthanasie à un nombre de personnes toujours plus important.

 

Les personnes âgées souffrant de « polypathologie », de problèmes psychiatriques ou de démence, certaines personnes qui estiment leur vie « complète » reçoivent à présent une porte d’entrée vers l’euthanasie.

 

L’information sur ces possibilités ne circule par contre pas suffisamment, estime Agnes Wolbert. Elle en impute la responsabilité au gouvernement actuel. La publication d’un « Code de bonnes pratiques » en matière d’euthanasie est …

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s