Actualités des droits de l’enfant France : le département de l’Essonne interpelle le gouvernement sur la situation des mineurs étrangers isolés

On le sait peu, mais ce sont les départements qui sont chargés de prendre en charge les mineurs étrangers isolés, et plus généralement les mineurs non accompagnés, au titre de l’aide à l’enfance. Ils  continuent d’être pris en charge après leur majorité jusqu’à ce qu’ils acquièrent leur autonomie.

Après la Seine-Saint-Denis, il  y a quelques mois, c’est au tour du Président du département de l’Essonne de s’alarmer de la situation de ces jeunes.

En Essonne, la plupart d’entre eux viennent du Mali, de la République Démocratique du Congo, de Côte d’Ivoire, de Guinée ou d’Afghanistan. Leur nombre ne cesse d’augmenter selon le département de l’Essonne. 270 jeunes migrants avaient été accueillis en 2013, dont 105 jeunes majeurs. En 2015, ce nombre est passé à 384, dont 221 jeunes majeurs. Soit une progression globale de 42 % en deux ans seulement.

L’accueil d’un mineur coûte au département en moyenne 60 000 € par an, somme qui comprend le salaire des éducateurs, le fonctionnement de la structure d’accueil (eau, électricité), les vêtements, la nourriture, la scolarité… Pour un jeune majeur, c’est 30 000 €. Au total, le budget est ainsi passé en Essonne de 13 M€ en 2013 à 18 M€ en 2015, ce qui représente plus de 15 % du budget de l’aide à l’enfance.

Pour le Président du département (LR) cette « hausse continue est le résultat de la politique migratoire du gouvernement » . Il considère donc que « ce n’est pas forcément aux départements d’en assumer les conséquences. »

Des mineurs étrangers sans représentant légal sont présents dans la plupart des départements urbains français. Tout comme les adultes, une grande partie de ces jeunes a fui les conflits et les persécutions dont ils étaient victimes dans leur pays d’origine : enrôlement des mineurs, trafic d’enfants pour prostitution, exploitation sexuelle, mutilation génitale des filles, travail des enfants… nombreuses sont les raisons qui poussent ces enfants sur les routes de l’exil, en quête de d’asile et de protection…

C’est pourquoi il faut absolument que le mineur étranger isolé bénéficie du dispositif de protection de l’enfance. Aborder l’accueil des mineurs isolés essentiellement sous l’angle financier est tout bonnement scandaleux alors qu’il s’agit ici de détresse humaine et de restauration d’un minimum de dignité pour ces jeunes.

JCC

(Source : Le Parisien)

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s