Actualités des droits de l’enfant:France : les données des élèves bientôt dans les mains des géants du Web

C’est une recommandation du directeur du numérique pour l’éducation qui inquiète la communauté éducative et la Commission Nationale Informatique et Liberté (CNIL). En effet, dans cette note, Mathieu Jeandron affirme qu’il n’y avait « pas de réserve générale » sur l’usage des outils des grands fournisseurs du Web.

L’éducation nationale propose ainsi aux enseignants d’utiliser les services que les « GAFAM »  (Google, Apple, Facebook, Amazon et Microsoft) leur proposent. Cela signifie donc qu’une école élémentaire, qu’un collège ou un lycée pourra utiliser les espaces de stockage de Google Drive ou d’Amazon.

Le risque de voir ressortir les notes, les appréciations et toutes les données scolaires des élèves français est aujourd’hui réel, lié à l’utilisation croissante des outils numériques des géants du Web au sein de l’éducation nationale.

Jusqu’à présent, les enseignants utilisaient leurs ordinateurs personnels ou des logiciels gérés par l’éducation nationale pour enregistrer les notes par exemple. Pourtant, cette ouverture au numérique sans protection des données était engagée depuis quelques années puisque l’Éducation nationale a encouragé les enseignants à avoir recours au numérique sans leur fournir des outils adaptés. Les enseignants ont donc pris ce qu’ils trouvaient, comme Facebook pour faire un blog avec les élèves, ou leur compte Gmail. Et tout cela sans avoir conscience que les données qu’ils transmettent pourraient être utilisées.

Or, le fait que les informations des élèves soient confiées à de grands groupes représente un risque si ces données sont stockées à l’étranger. Ces données collectées par les multinationales ne seraient alors plus sous contrôle d’une entreprise ou d’une administration française.
Et elles sont particulièrement convoitées par ces grands groupes. Par exemple, les appréciations des enseignants ont une valeur marchande immense, notamment auprès des chasseurs de têtes ou des employeurs. L’éducation nationale a ainsi accès à une mine d’or qu’elle est prête à la donner à n’importe qui.

Car ces données pédagogiques sont bien plus sensibles que les données médicales puisqu’elles concernent des enfants qui construisent leur personnalité, et il serait grave de leur assigner des erreurs qui les suivront le reste de leurs vies.

Pour toutes ces raisons, la CNIL indique dans un communiqué qu’il est « plus que jamais nécessaire de fixer un cadre de régulation adapté qui protège de façon effective les données personnelles des élèves et des enseignants face à l’utilisation croissante des services numériques dans les pratiques pédagogiques des enseignants et au développement de l’offre commerciale en ce domaine ».

C’est pourquoi, le nouveau ministre de l’éducation, Jean-Michel Blanquer, a affiché sa volonté de se démarquer des recommandations de son directeur du numérique. Il a fait part de son intention de « consulter et écouter » les différents arguments avant de prendre une décision.

Dans une période où les classes numériques se multiplient partout en France, puisqu’elles sont en partie financées par l’Education Nationale, il est plus que jamais nécessaire d’être vigilant.

JCC

(Sources : CNIL et La Croix)

Published by Jean-Charles Champagnat Jean-Charles Champagnat 0 commentaire éducation, protection des données

Actualités des droits de l'enfant

Actualités des droits de l’enfant en France et dans le monde. Blog complémentaire du site internet http://www.droitsenfant.fr. Citation : A. de Saint-Exupéry

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services ainsi que l’affichage de publicités pertinentes. En savoir plus et agir sur les cookies. J’accepte

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s